ferme (x)

Welcome to the Four Directions Teachings.com


ACTIVITÉS D’APPRENTISSAGE – LES QUATRE POINTS CARDINAUX


Aîné

Stephen Augustine

Nation

Micmaque

Niveau scolaire

du plan de cours

Intermédiaire (7e à 9e année)

Temps requis

2 – 3 heures

Liens avec d’autres disciplines

  • Biologie
  • Chimie
  • Anglais
  • Arts plastiques
  • Philosophie
  • Vie saine et sexualité

Enseignements traditionnels

  • Récit de la Création micmac

Sommaire de l’élève

Le récit de la Création micmac décrit comment la vie a commencé. Pour le peuple micmac, la vie sur terre a été créée en sept étapes, décrites ainsi :

1re étape : Le ciel représente le Donneur de vie, Gisoolg, qui a tout créé. La Création constitue un mystère qui contient tout et est en tout. Elle commande notre admiration et s’exprime dans toutes les dimensions visibles et invisibles de la vie.

2e étape : Le soleil procure la vie et nous donne nos ombres. Ces ombres sont le reflet de l’identité, des caractéristiques et des esprits de nos ancêtres, le fruit de l’union de la terre, de la matière et du sang des êtres humains. Représenté par la direction centre, le soleil fait le lien entre le monde spirituel et le monde physique.

3e étape : La troisième étape de la Création se produit sur la surface de notre mère, la Terre. Dans la langue micmaque, plusieurs mots ont un rapport direct avec le mot signifiant « terre ». Par exemple, les mots utilisés pour désigner la peau du tambour et le peuple micmac sont apparentés l’un à l’autre, et se rapportent aussi au mot micmac désignant notre mère, la Terre. Le battement du tambour est le battement de notre mère, la Terre. La couche de surface de notre mère, la Terre, donne la vie, notamment aux être humains; le mot Oosgitjinoo, qui signifie « la personne qui s’est libérée de la surface de la terre et se tient debout », traduit cette notion. Le mot Oosgitjinoo fait référence au peuple micmac.

4e étape : Le premier homme, Glooscap, est créé sur la surface de la terre à l’endroit où frappe un éclair. Sa tête pointe alors dans la direction du lever du soleil et ses pieds, dans celle du coucher du soleil. Ses bras sont en croix, l’un tendu vers le nord et l’autre vers le sud. Lorsque l’éclair frappe les éléments de la terre qui composent le corps de Glooscap, une force vitale est créée. Lorsqu’un second éclair frappe, Glooscap reçoit des doigts et des orteils, et sept parties sacrées de sa tête (deux yeux, deux oreilles, deux narines et une bouche). Frappe ensuite un troisième éclair qui libère Glooscap de la surface de la terre. Il peut dorénavant se déplacer et marcher.

Glooscap rend grâce à notre mère, la Terre, et Grand-Père Soleil pour sa création, et présente ses respects au sud, à l’ouest, au nord et à l’est. Lorsqu’il retourne à l’est où il a été créé, Glooscap fait la rencontre d’un aigle qui lui annonce que sa famille se joindra bientôt à lui pour l’aider à comprendre la place qu’il occupe dans le monde. L’aigle perd une plume, que Glooscap attrape. La plume le rend fort et devient un symbole d’union entre son peuple, le Donneur de vie, Grand-Père Soleil et notre mère, la Terre.

5e étape : Glooscap rencontre sa grand-mère, née d’une roche. Elle lui apprend à respecter sa sagesse et ce qu’elle sait des étoiles, du vent, des saisons, des marées, des caractéristiques et comportements des plantes et des animaux, de la préparation des aliments, de la confection des vêtements et de la fabrication des abris. Pour assurer leur survie, Glooscap sacrifie la vie d’une martre, en s’assurant avant de demander la permission à l’animal et de remercier le Donneur de vie, Grand-Père Soleil et notre mère, la Terre. Puis la tornade crée le feu du Grand Esprit à l’aide des sept étincelles des éclairs qui ont créé Glooscap et de sept morceaux de bois. Grand-Mère et Glooscap se régalent ensuite pour célébrer l’arrivée de Grand-Mère dans le monde.

6e étape : Glooscap rencontre un jeune homme qui dit être son neveu et avoir été créé par la tornade, qui traversa l’océan dans la direction du soleil levant et laissa derrière elle un bouillonnement d’écume. Le vent balaya l’écume sur la rive, emportant tout ce qui se trouvait sur son passage, dont des roches, des plumes et du bois, qu’il déposa dans l’herbe odorante. C’est ainsi que le neveu est créé, avec l’aide du Donneur de vie, de Grand-Père Soleil et de notre mère, la Terre. Il apporte la vision de l’avenir et les dons des ancêtres. Glooscap doit également servir de guide au neveu, car les jeunes se tournent vers leurs aînés pour leur montrer la voie. Et comme l’avait fait Glooscap avec la martre, le neveu demande aux poissons d’offrir leur vie. Glooscap rend grâce pour les poissons, en s’excusant d’avoir pris leur ombre et des éléments de notre mère, la Terre, pour assurer sa propre subsistance, celle de Grand-Mère et de son neveu. Ils se régalent de nouveau et Glooscap continue de suivre les enseignements de Grand-Mère.

7e étape : Apparaît la mère de Glooscap sous la forme d’une feuille qui se détache d’un arbre et tombe sur le sol. La rosée se pose sur la feuille et, grâce au Donneur de vie, à Grand-Père Soleil et à notre mère, la Terre, se transforme en femme. La mère de Glooscap apporte des présents qui incluent les couleurs du monde, la compréhension et l’amour, afin que ses enfants apprennent à partager les uns avec les autres et à s’aimer les uns les autres. Glooscap demande à son neveu d’aller cueillir de la nourriture pour célébrer la création de sa mère. Glooscap commande, tout en respectant les enseignements des aînés, la vision et la force des jeunes, les dons des ancêtres, et les enseignements sur la façon de se respecter, de prendre soin les uns des autres et de compter les uns sur les autres. Et ils ont une très bonne vie.

Objectifs de l’élève

Connaissance et compréhension :

  • Comprendre la Création selon la perspective traditionnelle micmaque
  • Examiner, évaluer et déconstruire le récit de la Création micmac selon une perspective scientifique, une perspective artistique et une perspective philosophique
  • Identifier les rôles des éléments, des êtres humains et des animaux dans le maintien de l’équilibre de l’écosystème
  • Comprendre la formation du zygote humain, de l’embryon et ensuite du fœtus, fruits de la reproduction sexuée 

Recherche sur les valeurs :

  • Comprendre davantage le cercle de la vie et des générations
  • Identifier ce que les jeunes et les aînés ont à offrir à l’enseignement et l’apprentissage
  • À l’aide d’enquêtes, déterminer les facteurs qui contribuent au transfert de l’énergie dans l’organisme
  • Identifier les dimensions associées au fait de vivre sainement et de respecter son corps

Mise en application des compétences :

  • Formuler des définitions opérationnelles des mots de vocabulaire
  • Aiguiser ses compétences dans l’art d’écouter, de parler, d’écrire, d’interroger et de négocier
  • Employer une analyse esthétique pour interpréter les images d’un thème du récit de la Création micmac

Stratégie

1. Entamez la discussion à l’aide d’une question : Qu’est-ce que la vie? Faites un remue-méninges avec les élèves et inscrivez les réponses au tableau. Passez ensuite à la question « Quand et comment la vie a-t-elle commencé? » Faites un second remue-méninges. Demandez aux élèves d’énumérer les éléments fondamentaux de la vie? Quelles sont les caractéristiques de la vie? Présentez les concepts d’« objet animé » et d’« objet inanimé ». Le terme « objet animé » est habituellement utilisé pour désigner des créatures vivantes, telles qu’elles sont définies par la science, bien que les membres des Premières nations attribuent aussi le terme « animé » à d’autres êtres, comme les roches. Selon la définition scientifique de la vie, les roches ne sont pas vivantes. Or, beaucoup de scientifiques croient maintenant que la terre est « animée », ou en vie. Demandez aux élèves s’ils croient que la terre est un être animé. Regardez les épisodes intitulés L’équilibre sacré de la série télévisée The Nature of Things. Cette excellente série vidéo met en lumière la contribution des peuples autochtones de partout au monde de la science, et leur influence sur ce monde.

2. Demandez aux élèves de nommer des façons de créer au quotidien. Quel genre de choses les gens créent-ils? On peut s’attendre aux réponses suivantes : nourriture, repas, art, artisanat, littérature et vêtements. Les gens imitent la Création lorsqu’ils créent un être par reproduction sexuée. Les élèves devraient se familiariser avec les notions de vie et de sexualité saines par l’entremise de discussions ouvertes sur les rapports amoureux, les attentes, la pression exercée par les pairs et la grossesse. Ils peuvent aussi visionner une excellente vidéocassette sur la reproduction sexuée et la grossesse préparée par le réseau PBS et intitulée Le miracle de la vie. Selon le niveau d’aise de l’enseignant ou de l’enseignante, les élèves devraient poser ouvertement des questions sur la sexualité et les rapports sexuels, soit dans le cadre d’un cercle de partage ou d’une discussion ouverte, ou encore de façon anonyme sur papier. L’enseignant ou l’enseignante peut choisir d’aborder en classe les commentaires soumis de façon anonyme.

3. Présentez Stephen Augustine, un aîné micmac provenant des Maritimes, ainsi que le récit de la Création micmac. Avec les élèves, consultez le site  www.fourdirectionteachings.com afin :

a) d’écouter le récit de la Création micmac

b) d’écouter les enseignements suivants de Stephen Augustine : « La première étape de la Création », « La deuxième étape de la Création », « La troisième étape de la Création », « La quatrième étape de la Création », « La cinquième étape de la Création », « La sixième étape de la Création », « La septième étape de la Création ».

4. Formez des groupes, qui examineront simultanément le récit de la Création micmac selon leur propre perspective. Faites un remue-méninges des façons de créer ou de contribuer à la création, puis inscrivez les idées générées sur le tableau noir ou un tableau de papier. Des gens créent des jardins lorsqu’ils plantent des semences et favorisent leur croissance. D’autres créent à l’aide d’images lorsqu’ils produisent une œuvre d’art. D’autres encore transforment des aliments de base en repas sublimes et nutritifs lorsqu’ils préparent la cuisine avec amour.

Petites créations : Projets visant à faire participer les élèves au processus de création

a) Avec les élèves, créez un jardin de plantes indigènes dans la cour de l’école. Vérifiez quels arbres, plantes, buissons, arbustes, fougères, herbes et fleurs sont originaires de votre région et zone climatique. Faites l’achat d’une quantité de ces plantes auprès de programmes d’échange de semences. Repérez un endroit où préparer votre jardin. Est-ce un endroit ombragé ou ensoleillé? Ces facteurs auront une influence sur les plantes que vous choisirez. Les élèves devraient savoir que ce genre de projets prend du temps à se concrétiser, comme c’est le cas de toute entreprise créative. Le cas échéant, ils peuvent enquêter sur les traditions liées aux plantes choisies, comme leur usage médicinal. Les élèves peuvent également observer le processus de germination des semences et suivre le taux de germination à l’aide de graphiques et de tableaux. L’enseignant ou l’enseignante devrait profiter de l’occasion pour leur enseigner des notions de reproduction (sexuée et asexuée) et d’anatomie végétales. Ce genre de projet doit être mené sur une base continue et prévoir la participation consécutive de groupes d’élèves différents à l’entretien du jardin. Les jardins de plantes indigènes attireront rapidement des animaux. Les élèves peuvent s’attendre à voir des oiseaux et des papillons de toutes sortes dans leur cour d’école.

b) Les élèves peuvent créer une peinture murale du récit de la Création micmac. Dans le cadre d’une telle œuvre collective, chaque élève apporte sa contribution au tableau final. L’enseignant ou l’enseignante peut commander de grands rouleaux de papier et en donner des sections à différents groupes d’élèves. Il s’agit ensuite de rassembler les sections individuelles pour former la base du récit imagé de la Création. L’enseignant ou l’enseignante peut faire des suggestions stylistiques de toutes sortes, comme l’emploi d’images imitant des pétroglyphes, de charbon, de crayons de couleur ou de peinture. Formez sept groupes de trois à cinq élèves, selon la taille de la classe, et demandez à chacun d’illustrer une étape particulière de la Création. Affichez l’œuvre finale dans la classe, un couloir, la bibliothèque ou l’auditorium de l’école. Demandez aux élèves de se préparer à raconter de nouveau le récit de la Création, en s’aidant de la murale.

c) Planifiez un festin auquel chaque élève doit apporter un plat. Rappelez aux élèves comment la martre s’est sacrifiée pour que Glooscap et Grand-Mère puissent manger, et comment Glooscap a honoré sa mère en préparant un banquet de fruits, de noix et d’aliments végétaux. Invitez un joueur de tambour autochtone à venir montrer aux élèves le tambour et les chants d’honneur. Invitez un aîné autochtone des environs à venir leur apprendre comment on honore les aînés durant les festins, entre autres en les servant en premier. Demandez à l’aîné d’enseigner aux élèves comment honorer les esprits et les ancêtres à l’aide de nourriture. Remarque : Faites toujours une offrande de tabac à un aîné, et s’il accepte, posez-lui la question d’une façon humble et honnête.

Autres sujets de discussion :

·         Demandez aux élèves d’expliquer la pertinence du récit de la Création micmac pour le peuple micmac. Quels enseignements procure-t-il sur le fait de mener une vie bonne et heureuse, comme le dit Stephen Augustine?

·         Quel impact le récit de la Création micmac a-t-il sur notre compréhension de notre écosystème?

·         Dans quelle mesure la relation entre Glooscap, le foin d’odeur la mer et le vent est-elle symbiotique (ou mutuellement avantageuse)?

·         Quelle est la responsabilité de Glooscap envers son neveu? Quelle signification revêt leur relation? Quelles vérités universelles peut-on tirer des rapports de Glooscap avec les membres de sa famille? Dites aux élèves d’expliquer comment ces liens nous aident à concevoir des réalités plus grandes touchant toutes les relations de toutes les générations de familles de toutes les sociétés.

Exercices facultatifs :

·      Planifiez un projet de plantation d’arbres ou de jardin. Obtenez l’aide d’organismes communautaires (voir les liens ci-après) pour vous guider.

·      Demandez aux élèves d’illustrer les étapes de la respiration cellulaire et de la photosynthèse à l’aide d’organigrammes, en indiquant clairement chaque partie et processus.

·      Demandez-leur de faire la démonstration de la photosynthèse en se livrant à une expérience sur des plantes, la lumière du jour, des filtres lumière du jour et des écrans solaires.

·      Prenez contact avec une Première nation pour trouver un représentant environnemental à présenter aux élèves de l’école.

·       Visitez un marécage ou une aire de conservation.

·      Demandez aux élèves de vérifier la définition des mots de vocabulaire.

Vocabulaire

  • Notre mère, la Terre
  • Subsistance
  • Écosystème
  • Indigène
  • Pétroglyphe

Matériel requis

·         Tableau de papier

·         Papier pour murale

·         Charbon, crayons de couleur et peinture

·         Semences indigènes

·         Matériel de jardinage

Évaluation

1. Questionnaire sur les étapes du développement humain et de la reproduction sexuée

2. Activité d’étiquetage sur l’anatomie des plantes et la reproduction sexuée et asexuée

3. Représentation graphique des taux de germination de différentes espèces de plantes. Collecte et représentation graphique de données sur la croissance des plantes.

© 2006 - 2012 Tous droits réservés 4D Interactive Inc., a subsidiary of Invert Media Inc. Inc.